Record du monde du 21/22 et 23 Juillet 1994

Une émission souterraine à moins de 180 mètres

 

La section Fréquence70 à relevé le défi un peu fou de moduler dans un gouffre à moins de 180 mètres établissant 104 contacts radio!

 

BUT

Emettre le plus loin possible avec du matériel 11 mètres, installé à moins de 180 mètres, en mode USB.

Confirmer la liaison obtenue grâce à des cartes QSL, (nota QSL Carte mentionnant l'heure, la fréquence, le rapport radio et signal, l'indicatif de la station émettrice et réceptrice et le numéro progressif).

 

HANDICAP

L'accès aux émetteurs au fond du gouffre se fait via plusieurs puits où des cordes seront installées. De ce fait, seules les personnes ayant subit une initiation aux technique de progression spéléo sur cordes seront aptes à y descendre ce qui restreint d'ores et déjà le nombre des participants. Une séance d'initiation sera donnée avant l'expédition aux personnes intéressées ; la sécurité devant être maximale et la cavité n'étant pas aménagées comme l'AVEN ARMAND !! (Une mission y a été effectuée à moins de 75 mètres par un groupe d'Amateurs Radios du Sud - Ouest, leur expédition avait été facilitée par des conditions d'accès d'escaliers), le mérite leur revient quand même pour l'avoir tenté. Nous attendons des participants le respect des consignes qui leur sont données bien que des spéléologues confirmés soient présents pour l'encadrement technique.

 

La section FREQUENCE 70 a relevé le défi un peu fou de moduler dans un gouffre de moins 180 mètres établissant 104 contacts radio !

 

Jeudi 21

Toute l'équipe de FREQUENCE70 Héricourt prend la route de VILLARS les BLAMONT dans le Doubs 25, afin d'y installer le camp à l’abord du gouffre des Bruyères situé sur le contrefort du Lomont.

 

Après quelques mésaventures mécaniques, commence le déchargement d'un stock impres-sionnant de matériel.

 

- Les tentes marabouts sous lesquelles sera installée l'intendance et qui permettront aux 

équipes de se reposer.

- Les mâts supportant les antennes du camp de base.

- Le balisage du camp et du sentier menant au gouffre (environ 600 mètres de rubalise de chantier).

Georges installe le groupe électrogène (25 KW) une petite bête sur roues qui fait peur à tout le monde, mais le bruit ne gène pas le camp et rien n'entravera la sérénité de l'équipe.

 

LE PRIX DE L'EFFORT

 

- Une superbe FD4 (Directive 4 Eléments) servant pour le PC installé dans un fourgon J5.

- Une demie -  onde pour le PC de surface.

- L'installation de la MANTOVA 5, (Antenne verticale), aux abords du gouffre n'est pas des plus simples.  

 Deux échelles l'une sur l'autres pour accéder aux branches hautes de l'arbre et 2 heures à batailler pour la fixer, 7,5 mètres d'antenne à 20 mètres du sol, s'avère être un  véritable travail de romain mais qui   valait la peine d'être accompli. La récompense était au bout de l'effort.

 

Un premier morceau de coaxial 11 mètres, double blindage, fut fixé afin d'effectuer des mesures au  niveau du sol.

 

LE JOUR J

 

Vendredi 22, une véritable effervescence gagne le camp de base. Vers minuit les membres du GSB et GSML (Groupe Spéléos Marcel Loubens) arrivent. Une rapide conversation et le plan de bataille est arrêté. Lever à 5 heures, pour commencer d'équiper les puits du gouffre. La tension est telle que peu de membres profitent  de cette dernière nuit pour se reposer. Une nuit blanche pleine de doutes "que donnent les 300 m de coaxial"... Quel va être le TOS avec une longueur pareille? Quelle puissance de sortie sachant que le matériel devant servir à l'émission est un Président JACK aux normes?

 

SAMEDI 5h

 

Branle bas de combat ; dur après un café d'enfiler sa combinaison et de plonger avec le matériel dans un gouffre humide.

L'arrivée de la presse est prévue à 10 h, la tension revient et augmente au fur et à mesure que les heures s'écoulent, d'autant que la veille, les bulletins d'informations étaient lancés sur le canal 27455 MHZ avec le QSY afin d'expliquer le but de l'expédition et de donner une fréquence inhabituelle"27345 MHZ" Canal 34 en mode USB.

 

10 h à 11 h : Rien!!! Le doute s'installe les liaisons avec le fond étant inexistantes.

 

12h 20 : Des frissons des pieds à la tête. C'est Alexandre  coéquipier de Cyril au fond qui lance le premier appel et là, à la surface, un boum de joie et des larmes pour certains, tentative réussie. C'est Sylvain en mobile agricole dans le Jura qui répond. Pari gagné.

A partir de ce moment toute l'équipe flotte sur un nuage.

 

Le Maire et son Adjoint viennent féliciter les heureux lauréats suivi d'un groupe de spéléologues venus sur les lieux faire une petite sortie et qui au départ n'était pas convaincu par le succès attendu de cette tentative.

 

14 h : La 2ème équipe composé d'Olivier et de Michel prend le chemin de la descente afin de relevé la première équipe au travail depuis 6 h au fond.

Le club FREQUENCE70, remercie le groupe "Spéléo Sous Vosgien" d'avoir bien voulu les accompagner.

 

Pendant ce temps, une pose de 10 mn est respectée pour permettre à Georges et Stéphane (Radio - Amateur du 90), de prendre des mesures avec un Tos-mètre/Wattmètre. Nouvelle bonne surprise : TOS 1,2 Watts 0,5 au bout des 300 mètres de coaxial.

 

18 h : Monsieur Le Maire prend la décision, conjointement avec un responsable de la Sécurité Civile, d'installer une pompe à l'entrée du gouffre :   « Un bulletin météo annonce des orages violents ».

Le gouffre des Bruyères est particulièrement dangereux lors d'intempéries ; Le matériel est installé par les pompiers. Heureusement il ne sera pas utilisé.

Les liaisons radios continuent, le soir vers 21 h, après 75 contacts, Christian et Pascal (troisième équipe), prennent la décision de cesser les émissions de cette journée.

 

Une superbe journée est organisée pour fêter l'événement, nouvelle nuit blanche, mais toute l'équipe la savoure avec plaisir.

 

Le Dimanche tout le monde est prêt à 5h pour continuer l'opération.

A 12 h 20,   104 contacts sont comptabilisés et l'opération prend fin.

 

L'événement à été relaté et salué par la presses régionale Le Pays et l'Est.

 

Article relaté par Citizen band N°51 du 22 Juillet 1994.

Article relaté par France CB N° 98 d'Octobre 1994.

 

 * De Lilas pour ma part, j'y étais et l'attente pour le premier contact ce fut long le stress et      l'adrénaline étaient au rendez-vous. Les larmes de joie aussi.*

 



14/03/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres